17/08/2004

Mumbai sei «Namaste» !Bonjour de Bombay! >>

Mumbai sei «Namaste» !

Bonjour de Bombay!

 

>>> jerimeri, naissance et évolution de l’association

Enfant, Pravin est découvert dans la rue avec sa soeur par un assistant social, qui les emmène dans un orphelinat en Inde, à Jerimeri, un bidonville proche de Bombay, et est adopté à 4 ans avec sa soeur par un couple belge. Adulte, il devient prêtre et retourne en Inde, pour le mariage d'un ami; il revient désemparé, très touché par la pauvreté qu'il a vue là-bas, et décide d'agir. Aussi réunit-il quelques jeunes désireux d'apporter quelque chose à l'Inde. Ils souhaitent partir là-bas,  apporter leur aide au bidonville. Aussi baptisent-ils d'abord le groupe «Young For Life»,  et mettent en place plusieurs activités afin de pouvoir organiser le voyage et, en Inde, aider le bidonville, sans trop savoir où tout cela les mènera... Ils organisent un souper, créent et vendent des cartes postales, demandent des dons.

 

A Jerimeri, durant un mois de l'été 2001, Young for life apporte son aide à la paroisse, et s'emploie à construire avec elle une école, visitent le bidonville, organisent quelques activités avec les enfants. Ils reviennent avec une constatation qui les encouragera durant toute la «vie» du groupe: même au coeur du dépouillement le plus total, où tous les membres d'une famille dorment entassés entre 4 morceaux de tôle trouées et rouillées, sans être vraiment certains de pouvoir manger le lendemain,  les gens affichent un sourire, montrent une joie de vivre, un accueil et un partage incroyable avec, surtout, une très grande confiance en la vie. Au retour de leur «périple», les membres de Young for life comprennent que si en partant en Inde  ils souhaitaient «changer le monde»,  c'est pourtant eux et eux seuls qui ont changé... 

 

C'est le début d'un nouveau parcours: faire découvrir à la Belgique ce qu'ils ont vu là-bas, poursuivre l'aide apportée à l'Inde et,  dans un coin du coeur, (sans tomber dans l'idéalisme)  le rêve de faire évoluer les mentalités: en Occident, les gens «baignent» dans le matériel. Chaque besoin en appelle un autre, et plus on se couvre de biens, plus on s'enferme, plus on se ferme. Dans les pays où les gens vivent bien en deçà du seuil de pauvreté, ils sont néanmoins très charitables, n'hésitent pas à offrir leur seul repas pour un étranger, et gardent une confiance inébranlable en la vie. L'Inde, c'est une joie de vivre, un accueil, une authenticité qui ne triche pas.

 

Peu à peu, le groupe se fait connaître dans sa région grâce à ses nombreux témoignages. Il change de nom et prend celui du bidonville au coeur duquel l'aventure a commencé: Jerimeri. L'esquisse d'un  premier logo apparaît alors sur les calendriers réalisés et vendus par le groupe, avec un slogan: «derrière la pauvreté, un sourire

 

>>> le projet actuel

L'éducation est un réel tremplin pour se sortir de la pauvreté (le prix d'un an d'études pour un enfant en Inde est équivalente à 4000 francs belges); mais la valeur de l'argent est différente, si bien qu'un franc pour nous en représente dix pour eux.

 

Les contacts s'étant avérés extrêmement difficiles à établir avec l'Inde, c'est aujourd'hui avec l'aide de la Communauté des Filles de la Croix, dont le siège se situe à Liège, que nous ferons parvenir des fonds afin de permettre aux pensionnaires d'un internat à Mahad (village à 300 km de Bombay environ) d’assurer leurs études. Celles-ci sont un réel tremplin pour sortir de la pauvreté, mais également pour retrouver une dignité que la plupart avait perdue entre pauvreté et exploitation.

 

>>> ce site

Mon journal de bord d’un mois passé en Inde (du 18 juillet au 13 août 2004) entre bidonvilles et villages accrochés aux collines avec l’association Jerimeri, afin d’évaluer les changements apportés par le premier projet, et démarrer le nouveau, à Mahad.

 

Un jour, un texte: ce site, à lire de bas en haut, présentera chaque jour un nouveau texte écrit en Inde; ainsi vous pourrez suivre, au jour le jour, l’évolution du voyage. N’hésitez pas à me laisser une trace de votre passage en cliquant sur le bouton «commentaires» en bas de chaque texte.

 

Je suis toujours là pour d’autres textes plus personnels, sur http://ptitanne.skynetblogs.be

 

A bientôt !

12:22 Écrit par Anne | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

Commentaires

... Voilà une belle initiative! On attend la suite de tes aventures... Bises.

Écrit par : Hollynx | 18/08/2004

J'attends les autres épisodes J'attends les autres épisodes, tu as des phrases qui font mouche


J'ai trouvé cela, qui semble être dans cette mouvance

à tantôt
Babel
------------------------------

Une centaine de personnes sont venues soutenir le projet des jeunes de l’ASBL « JERIMERI », le samedi 22 novembre à la Sarte.

http://www.cathohuy.be/discuss.htm
L ‘abbé Pravin Ertz a vécu les quatre premières années de sa vie au Home Sainte Catherine à Bombay. A 4 ans, il est arrivé en Belgique avec sa sœur : un papa, une maman les attendaient.
Pravin est retourné pour la première fois dans son pays d’origine, l’Inde. La misère y est criante. Il lance un appel à des jeunes qui décident d’embarquer avec lui vers ce vaste pays. Ils découvrent Bombay, les bidonvilles et leur pauvreté.
Ce 22 novembre, nous avons eu la joie d’entendre la sœur générale des Filles de la Croix qui gère 30 communautés en Inde : elles sont environ 500. Sœur Emilie sera son interprète.
Et nous apprenons le travail ardu des religieuses :
• grimper en montagne, traverser des rivières et rencontrer les populations éloignées de tout.
• Il faut scolariser les jeunes, former des agents sanitaires et des institutrices.
• Il faut entrer en dialogue avec des personnes dont la religion est « animiste » : elles admirent le soleil pour sa chaleur, l’eau pour sa vitalité…L’Inde est un pays où Dieu est une évidence pour tous et lorsqu’on se salue avec les mains jointes, on dit à l’autre : « Je salue le Dieu qui est en toi ».



37.000 EUR ont déjà pu être envoyés en Inde, pour la construction d’un internat de filles à MAHAD, l’organisation de camps de vacances et les frais de fonctionnement.
Et pour les jeunes organisateurs de la soirée, c’est à nouveau le grand départ en été 2004. Notre Unité Pastorale est invitée à soutenir ces projets avec Olivier, Angélique, Daniel…par l’achat d’un calendrier, la participation à un souper ou toutes autres activités qu’ils vous proposeront.

Rendez-vous donc le samedi 6 Mars pour le traditionnel SOUPER INDIEN.

Écrit par : Babel | 19/08/2004

une chute pour mieux se relever je trouve que les gens qui font ca comme metie,ou comme pation je vous remercie du fond du coeur I LOVE MA INDIA

Écrit par : bienfait Abhay | 07/08/2005

coucou Bonjour je viens de tomber sur ton blog en tapant "home sainte catherine"en effet mon fiancé vient de cet orphelina c'est pourquoi je m'y intéresse.Trés bonne continuation pour ce que vous faites!Je reviendrai régulièrement pour voir les nouvelles.A bientôt

Écrit par : claire | 27/01/2007

Les commentaires sont fermés.